Accueil2019-02-15T11:34:59+00:00

Jean-Michel RAMEAU

Paysagiste

Bienvenue.

A l’occasion de mes vingt-cinq ans d’activité de paysagiste, ce site rassemble projets paysagers, activité d’enseignement et recherches picturales en un ensemble divers et peut-être cohérent.

Des jardins sont présentés au travers de photographies prises en fin de chantier, soit à leur naissance. Des projets les plus anciens, certains se sont épanouis faisant leurs les concepts d’origine. Quelque uns ont disparu, d’autres ont été transfiguré au gré des aléas. Au cœur du projet paysager, le temps a fait son œuvre. Projeter n’est sans doute que jeter une bouteille à la terre.

Des participations à des concours ou à des études urbaines illustrent ici une variété dans les échelles et les programmes, propre à l’activité de paysagiste. Dans les textes qui les accompagnent, s’expriment cependant une constance d’approche sur les questions de Site, d’Usage, de Nature et de Forme.

Comment traduire l’expérience d’enseignant? Des écrits produits à-propos tentent de rendre compte de la richesse de l’exercice.

Le projet paysager est collectif, sans frontières nettes, vivant, variable, se développant dans la durée. Le projet d’une peinture est individuel, limité en surface, inanimé, définitif. Juste un moment. De l’activité de paysagiste nait le désir de peinture. De l’acte de peindre, naît le plaisir du retour au projet de paysage.

Bonne promenade…

Projets paysagers

Simples jardins ou aménagements plus étendus, tentatives toujours recommencées, au-delà des programmes et des sites vers un projet de paysage idéal.

Celui-ci rassemblerait harmonieusement une idée de Nature, un sentiment d’Usage, un génie du Site dans une expression formelle aboutie.

Voir la rubrique

Activité d’enseignement

Deux textes pour évoquer vingt ans d’enseignement.

L’un, très court, utilisé dans la présentation aux étudiants de l’Ecole Nationale supérieure du Paysage de Versailles, des ateliers de projet qui m’étaient confiés.
L’autre, sorte de vade-mecum sur la conception du jardin, né de la nécessité d’organiser une pensée paysagère personnelle, à l’épreuve stimulante des projets étudiants.

Voir la rubrique

Recherches picturales

Des feuilles sont assemblées, peintes, désassemblées, repeintes, réarrangées, relançant le processus créatif jusqu’à ce que leur marouflage ne le fixe.

Née de la contrainte de peindre en voyage, hors atelier, cette recherche est devenue au fil du temps des séries : ’’Bois’’, ‘’Clairières’’, ‘’Bêtes’’, ‘‘Galets’’, ‘’Vagues’’, etc. en une vision composée et fragmentaire, abstraite ou figurative, paysagère voire animalière.

Voir la rubrique